Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/02/2011

Au Restaurant. Un an et demi plus tard.

Les choses ont bien évolué en plus d'un an. Ce que j'écrivais dans l'article paru le 29/5/2009 n'est plus du tout d'actualités !

Je ne ressens plus aucune angoisse, même si on me prend à l'improviste. Je trouve toujours un plat à me mettre sous la dent. Je ne pense plus aux ingrédients que le chef a bien pu mettre dans mon assiette pour l'agrémenter. Je n'ai plus ce réflexe de penser à vomir, à rejeter la nourriture qui entre dans mon corps.

J'ai retrouvé le sens de convivialité de la table, de partager un repas en famille ou avec des amis. Je n'ai plus cette peur d'être regardée ou observée, parce que je suis maigre ou mange moins. Le regard des autres n'a plus d'importance. Et puis, la plupart des gens ne font pas attention aux gens qui passent. Sauf ceux qui n'ont rien à se dire et là, je les plains.

Maintenant, je vais toujours choisir le plat qui fait le meilleur compromis entre ce qui est diététique et ce qui m'attire vraiment. Je vais me tourner vers les poissons ou les salades composées. J'aimais les pâtes auparavant et j'ai encore du mal à les intégrer. Mais la confiance reviendra avec le temps.

Le plaisir de manger reste éphémère malheureusement. Les premières bouchées me goûtent puis je plonge vite dans l'indifférence. Mais je mange une quantité raisonnable. Pas d'envie de dessert. Parfois, je lance ma cuillère ou fourchette dans celui de mon ami pour re goûter.

Une chose est sûre : je mange bien plus sereinement ! Mais le plaisir retiré ne vaut pas toujours la somme de la note de restaurant. Le restaurant représente pour moi la convivialité et le partage.

06/01/2011

Les repas

Il n'y a rien à faire. Rien n'a changé. Quand je passe à table, je ne ressens aucun enthousiasme. Ce qui se trouve dans mon assiette m'indiffère complètement. Que ce soit en clinique ou dehors quand je choisis ce que je vais cuisiner. Manger chaud reste un devoir pénible mais obligé. Je le contourne depuis 6 semaines en mangeant un complément alimentaire à la place pour assurer une prise de calories suffisante car il m'est bien difficile de vider mon assiette. Cela me fait penser à une vieille pub sur la nourriture pour chat : "whiskas" où l'on voyait le beau félin lécher son assiette sans laisser la moindre trace de son mets délicat :-)

 

pub-whiskas.jpgAlors que vous, très certainement, attendez de passer à table, avec impatience, car vous avez faim. Les effluves venant de la cuisine attisent vos papilles et quand les plats arrivent, vos yeux dévorent déjà ce qui va aller tout droit dans votre assiette. Les premières bouchées vous ravissent, vous êtes dans la dégustation, puis vous finissez de bon coeur votre assiette. Quoi de plus banal !

Le souper ne me ravit guère non plus. Disons qu'il passe parce qu'il faut. Je le traite avec plus de délicatesse. Je mange les bonnes vieilles tartines avec une salade de crudités. Je préfère manger le pain sans garniture parce que j'apprécie son goût. Mais je suis obligée de les couvrir de fromage en tranches ou à tartiner, ce qui gâche le maigre plaisir que j'en retire. Tant que je serai dans une dynamique de prise de poids, je ne peux pas les larguer. Après, je les garderai selon ma fantaisie.

Le petit déjeuner ? Heureusement qu'il existe celui-là ! Il est le seul qui me réconcilie avec la fonction de manger mais surtout avec le plaisir. Je décortique une bonne orange de montagne que je savoure en bouche puis me verse des céréales dans un bol avec du lait que je sucre, et je le déguste jusqu'à la dernière petite cuillère.

Les collations sont des compléments alimentaires. J'y avais pris goût. Mais là, je commence sérieusement à en avoir marre. C'est trop sucré. Mais vu que je suis incapable de manger un biscuit, il est difficile de les enlever sans diminuer le nombre de calories et donc hypothéquer ma prise de poids.

Les "à côtés" ? Il n'y en a quasi jamais. Je croque parfois un bout d'une barre de céréales. Je mange quelques bonbons sans sucre. Je goûte les petites sucreries que mon ami s'achète. Des mini-bouchées. Plus de petit morceau de chocolat avant de se coucher. Pas envie de la confiserie quand je sors boire un café. Rien ne me tente. J'ai beau regarder, sentir, goûter.

Rien de spécial...

C'est ce qu'on appelle manger pour vivre !

 

14/08/2010

Menu Actuel

Je regardais le premier menu type que j'avais écrit sur ce site lors de mon admission. On a dû enlever des yaourts que je n'arrivais pas à manger car mon estomac était encore tout petit. C'est plus facile maintenant mais force est de constater qu'il ne diffère pas beaucoup de mon planning alimentaire actuel. On a pas mal chipoté sur les collations en enlevant un complément pour finir par le remettre car le poids ne suivait pas.

Actuellement, nous en sommes donc :

- Petit déjeuner : 60 grammes de special K, 2,5 dl de lait demi-écrémé, une orange et un kiwi.

- Collation : Fortimel extra (300 kcal)

- Midi : 150 gr de protéines, 150 gr de légumes, 50 gr de féculents. Sauce normale. Dessert : Pomme

- Collation : Forticrème (200 kcal)

- Souper : 2 tranches de pain (je suis en train d'entamer la troisième), garniture, crudités, minarine, vinaigrette

- Collation : Forticrème

Petits extras sur le côté.

Je rêve de rentrer chez moi et de préparer des plats à mon goût. Sachez qu'on a droit qu'à un petit sachet de sel et de poivre pour relever tout ça. Les féculents n'ont souvent aucun goût. Juste vapeur. Alors qu'on est là pour réapprendre le plaisir de manger, entre autre, on ne peut pas épicer notre repas à notre guise. Ca n'aide pas, croyez-moi !

09:51 Publié dans A table ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : menu, fortimel, collations