Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/02/2010

J+119

clarte.jpgOui, je suis toujours en clinique. Les circonstances actuelles y contribuent. Absence de chez moi, je vivais de façon transitoire chez mes parents. Mon ami vit en Suisse. J'ai arrêté les recherches d'un appartement. Je suis dans une phase de questionnement professionnel. Ma santé n'est pas formidable. Tout est en suspend. Et c'est dur. Trouver ce qui est le meilleur pour moi.

Récemment, suite à de durs événements familiaux, j'ai pris conscience, vraiment, de la fusion avec ma mère. Les sentiments négatifs que je ressens, la tristesse, la quête éperdue de quelque chose, ne m'appartiennent pas. Ils viennent de ma mère, de ses sacrifices en tant que mère et femme. Je commence à voir QUI je suis, et qu'est-ce qui fait que je suis MOI. Je dois m'éloigner d'elle.

J'ai pris conscience aussi que mes parents me rassurent dans la maladie. Alors pourquoi vouloir la quitter ? En me demandant pourquoi j'avais peur d'aller vivre en Suisse, j'ai réalisé que j'avais régressé dans un rôle de "petite fille" qui a peur des responsabilités. Cela ne fait guère plaisir de le savoir et de le comprendre. Aussi, j'ai pu réagir violemment en me disant que chaque bouchée que je mangerais, me permettra d'abandonner cette petite fille pour redevenir une femme, dans tous les domaines.

J'ai donc finalement envisagé de reprendre activement du poids. Je voulais donner moins d'importance à l'anorexie pour qu'elle disparaisse mais cela ne suffit pas. Je stabilise. C'est confortable. Je ne perds plus de poids et mange ce que je veux, sans frustration, sans pensées obsessionnelles.

Le petit poids va donc devoir rouler dès maintenant...

Les commentaires sont fermés.