Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/01/2011

7 mois

J'arrive au septième mois en clinique aujourd'hui. Heureusement, on ne sait jamais à quelle allure l'objectif sera atteint. Car si je l'avais su à l'avance, jamais, au grand jamais, je n'aurais eu la force et le courage de revenir dans ces lieux. Même poussée par la gravité de mon état.

C'est lent mais il se passe quelque chose de grand. La chose qui m'avait toujours manquée : la rage de vaincre. Je ne veux plus jamais ! retourner dans un état de santé lamentable, pitoyable. Je ne réalise que maintenant, que c'était un cauchemar. Lorsqu'on est plongée en plein en son sein, la vue se trouble. La pensée n'est plus juste. La perception est erronée. Il y a une telle habitude à se sentir faible qu'on apprend à vivre avec. Tout tourne au ralenti. Et la vie passe à côté et on ne peut que l'observer et se sentir impuissant. C'est comme si je conduisais ma voiture sur l'autoroute et que je me faisais dépasser à toute allure par le TGV. Il roule trop vite. Inimaginable de penser qu'on pourrait retrouver un jour la même vitesse.

Mais si...

Tout arrive !

Il me reste un dernier saut à faire sur la balance pour atteindre mon objectif. Mon médecin ne cesse de me dire que si j'y arrive, cela relèverait de l'exploit. Eh bien, j'y compte bien !

Et puis, le travail le plus important, qui déterminera tout, est de maintenir le poids à l'extérieur. Chose que je n'ai encore jamais réussi à faire. Mais ce week-end, lorsque j'ai relâché un peu la pression sur la collation du matin, je me suis mise à paniquer. Cela venait de mes tripes ! J'avais une peur atroce. Celle de rechuter, de perdre du poids. Car il est clair que si je suis laxiste, que ce soit sur les trois collations ou trois repas, je maigrirai très vite. Et pour rien au monde, je ne souhaite refaire un pas en arrière. NON NON NON. Alors, j'entame cette semaine, ce 7ème mois, avec une confiance en moi que je n'avais jamais ressentie, celle d'avoir la force de poursuivre le travail à l'extérieur mais surtout, de le faire convenablement.

Pour tout cela, il faut du temps... De la patience. Du courage. De l'endurance.

Et avoir la chance d'être aimée et chérie par un homme qui ne demande rien de plus que mon total épanouissement pour notre bonheur et notre future liberté.

Les commentaires sont fermés.