Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/05/2011

La Montagne Russe

Vous savez quel est le jeu préféré de l'anorexie ? C'est la montagne russe. Le moment top, c'est quand on arrive au sommet, après avoir bataillé ferme. Encore faut-il arriver en haut, n'est-ce-pas ? Pendant 6 jours, j'ai mis du carburant de luxe dans le moteur. J'ai aligné les 3 repas et les 3 collations. J'ai poussé sur l'accélérateur quand je perdais de la vitesse. J'ai réitéré des difficultés telles que manger un plat de pâtes au fromage, une pizza, oser prendre des sucreries telles que carrés de chocolat ou biscuits comme à côté, des grignotages en somme. Très fièrement, j'ai fait mon maximum, j'ai battu des records et j'ai eu une belle pesée positive. Mon wagon est arrivé au sommet, non sans difficultés. Et là, je me suis dit que je devais absolument poursuivre tous ces efforts pour espérer un effet cumulatif. Vous savez, on ne prend ni ne perd du poids tout de suite. C'est sur la durée que ça joue le plus. Et je sais qu'au plus je tiens dans le temps, plus il y a de chance que la deuxième pesée sera encore plus positive.

Je me suis donc laissée descendre durant la nuit avec beaucoup de bonheur. Dès le lendemain matin, j'ai remis de l'essence dans mon moteur et appuyé à nouveau sur l'accélérateur, là ou le moteur monte en tours, au point de frôler le rouge. J'ai accumulé les angoisses tellement je me forçais depuis quelques jours. Je ne voyais plus que la montagne d'aliments difficiles ingurgités. J'ai donc levé le pied pour ne pas monter trop vite. J'étais fatiguée de conduire. J'avais prévu une demi journée de répit pour pouvoir mieux repartir après. Mais j'ai noyé le moteur. Plus moyen de remettre les bouchées doubles pendant 24 heures. J'ai relativisé en me disant que je ne pouvais pas toujours être au top. Que je n'étais pas une superwoman. Que j'avais déjà fait un exploit en tenant plus d'une semaine mon menu revu à la hausse. Je me suis alors félicitée et j'ai décidé de conduire sur le plat. Mais je n'avais pas vu qu'un peu plus loin, il y avait à nouveau une belle descente porteuse de grands frissons comme je les aime ! Bien tentant de s'y engager !

Mais non... j'ai mis le frein à main aujourd'hui. Je ne bouge plus. La balance m'a montré le même chiffre qui confirme ma victoire car je n'ai pas perdu de poids mais je sais bien, ô combien je sais que je dois réagir et remonter le compteur des calories à fond si je ne veux pas me laisser entraîner dans les sillons de l'anorexie. La route, je la connais par coeur ! Et sa belle montagne russe, elle peut la garder ! Ca ne m'amuse plus. Ca ne m'a jamais amusé d'ailleurs, juste apporté des frissons, la sensation d'être vivante parce que je frôlais des extrêmes.

Alors, je suis toujours en état d'alerte maximum car je ne veux pas stabiliser mon poids, je veux déjà reprendre ce que j'ai perdu depuis ma sortie de clinique. Mais surtout viser plus haut...

Le défi est de taille. Je ferai le poids...

15:52 Publié dans Evolution | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.