Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/12/2010

La Barre Chocolatée

Voilà des lustres que je n'avais plus osé croquer dans une barre chocolatée. Il faut déjà savoir que ce pan de l'alimentation a été complètement rayé de mon esprit depuis longtemps. Quand je me pose la question de savoir ce que j'aurais envie de manger sans aucune restriction, je vais penser à un yaourt ou un fruit. Si j'ai écarté de moi toutes ces confiseries, c'est sans doute pour ne pas avoir à ressentir un plaisir intense qui m'effrayerait. Alors, on chasse toute saveur qui procure l'envie de prendre une seconde bouchée.

Alors, que m'a dit la voix de l'anorexie quand j'ai vu une barre chocolatée que dégustait mon ami ?

J'avais envie de me souvenir du goût et de laisser fondre le petit morceau dans la bouche. Hmmm, que c'était bon !

"Ah, si c'est bon, alors tu t'arrêtes. Ca fait grossir. Même dans un tout petit morceau, on peut déjà compter 50 kcal. C'est l'équivalent d'un bonbon. Le compte monte vite ! Arrête car tu dois encore manger ton forticrème, c'est assez de sucres comme ça !"

Oui, mais...

Je dis à mon ami que c'est bon. Je reprends un petit bout. Oui... j'ose le dire à présent. J'avoue que c'est bon. Je cesse de me mentir à moi-même. J'ai toujours peur qu'on me pousse si je dis que j'aime telle ou telle chose. C'est bon au point que je terminerais bien la barre ! Mais bon, ce ne sera pas pour maintenant car je ne suis pas prête. J'ai peur.

"Tu as raison d'avoir peur. Ce sont des "saletés", des calories de mauvaise qualité. Trop de sucres rapides, trop de lipides. Ces grignotages sont la voie ouverte à l'escalade dans les kilos. Tu prendrais plus de graisse que de muscles."

Elle poursuit : "Ben, si tu veux, tu peux la manger en entier. Fais-toi plaisir, mais alors il faudra la vomir. Tu ne supporteras pas de savoir que CA se trouve dans ton estomac ! J'en suis sûre. Fais ce que tu veux. "

Là, je lui ferme le clapet ! Je ne vais pas commencer à manger ce qui me fait plaisir parce que je sais que je peux me faire vomir, au cas où je ne le supporterais pas. C'est la porte ouverte à la boulimie. Et je n'ai pas envie de me retrouver avec un autre trouble du comportement alimentaire. Avec un, ça suffit, MERCI !

Quelle perverse l'anorexie !

08/10/2010

Dessert Ou Pas ?

Voilà que je termine mon repas de midi. Je suis rassasiée. Attendons un peu que ça descende pour enchaîner avec le yaourt. Pendant ce temps, je bois un peu de café tout en discutant avec quelques personnes. Le yaourt trône devant moi. Il est de couleur verte. Il ne peut passer inaperçu. Mes yeux commencent à le regarder de plus en plus. Et s'y attardent.

La voix de l'anorexie : "Tu as assez mangé. Ton estomac est lourd, tu ne le sens pas ? Tu n'as pas besoin de manger un yaourt en plus. Je sais qu'il te goûte et fait plaisir mais tu auras d'autres occasions pour le manger. Pardon, le déguster. Je l'ai senti la dernière fois. Tu ne m'as pas écouté. Je ne peux pas toujours gagner. Et puis, tu es dans cette clinique où toi et le personnel se liguent contre moi."

Le temps passe. Il n'y a quasi plus personne à table. Je me lève, le prends avec moi en chambre. Je le regarde.

"Allez, passe à autre chose. Arrête de penser. Agis. Dépose-le et pars. Ce n'est pas un yaourt qui fera la différence sur la balance. Ce n'est que 80 calories. Tu peux t'en passer. Personne ne verra rien."

Voilà comme elle me parle. Elle dit non. Je dis oui. Une dizaine de fois. Puis je me décide. Et pour l'instant, c'est moi qui mène le combat.

Je trouve ça débile...

Vous n'êtes pas les seuls... Imaginez-vous faire régime. Plutôt que de laisser le yaourt, vous ne pouvez pas résister. Votre petite voix intérieure dit la même chose. Vous craquez en le mangeant ou vous gagnez ?

"..." Tais-toi !!! La ferme !!!

05/10/2010

La Tranche De Fromage

Je me lance dans une nouvelle rubrique : La Voix De l'Anorexie.

Devant des problèmes, il est intéressant de changer de perspectives, c'est-à-dire se regarder de l'extérieur, comme si on était spectateur un moment de sa propre vie. C'est une façon de relativiser les difficultés voire leur donner moins d'importance.

Dans cette rubrique, je vais m'exprimer au nom de l'anorexie. Je vais lui donner la parole puisqu'elle ne me laisse jamais tranquille. Je pense que cela me fera beaucoup de bien de faire cet exercice. De plus, je fais de l'auto-dérision. Enlever l'aspect dramatique et voir le côté plutôt drôle et irrationnel de son discours.

Que se passe-t-il donc dans la tête des personnes souffrant d'anorexie ? Dans celle de votre collègue, de votre enfant, de votre femme, de votre amie, de celles que vous croisez dans le rue ou dans un hôpital ?

edam.jpgJe vais commencer avec la tranche de fromage.

Mon assiette froide arrive. Des crudités, trois tranches de fromage, deux tranches de pain. L'ennemi de l'anorexie : le fromage. Pourquoi ? D'abord parce que j'aime le fromage. Ce serait un plaisir coupable. Je prends la tranche et sens son parfum. Ca donne envie. Mais la voilà qui me dit que c'est trop riche pour moi. Ne fais pas confiance à la diététicienne qui ne cesse de te dire que c'est du fromage partiellement allégé en matières grasses. 75 grammes ? Tu rigoles ou quoi ? Il y en a au moins 100 grammes. Ne fais pas confiance à la diététicienne sur cela non plus. Crois-tu qu'à la cuisine, ils s'amusent à peser chaque tranche de fromage pour avoir le compte juste pour chaque assiette ? Non. Alors, puisque tu es dans le noir, que tu ne peux pas contrôler toi-même, tu y touches le moins possible. Grand maximum une tranche, hein ! Sinon, tu vas grossir. Ce sont des calories vite prises. N'est-ce pas le but de ma présence en clinique ? Si mais voilà ce qu'elle me dit. Et rajoute à la fin : un petit bout par quartier de tranche, cela suffit amplement. Aie la conscience tranquille. Tu as essayé et gagné. Oui, à peine. Si peu. Une demi-tranche, seulement.

Et dire qu'avant, je mangeais des pizzas quatre fromages. Un vrai délice.

Un jour, bientôt...