Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/06/2010

Cap Clinique

Voici LE grand jour. Je rentre en clinique pour la dixième fois.

Confiante. Déterminée. Comme jamais.

Epuisée. Mon corps livre bataille avec l'anorexie mais mon cerveau est mon arme. Je veux réduire cette maladie en miettes. Je veux la voir à mes pieds, rampant, me suppliant d'arrêter. Je suis restée 9 fois à terre. Elle ne m'a jamais épargnée. Elle ne m'a jamais tendu la main. Elle m'a toujours regardé de haut, triomphante. C'est à mon tour à présent !

"Mon corps est un jardin et ma volonté est son jardinier". C'est une citation de Shakespeare, qui m'accompagne partout. Je veux maintenant prendre soin de mon jardin. Y voir des couleurs. Y semer de la pelouse. Y planter des fleurs. Y mettre des plantes. Le chouchouter. L'arroser. Le contempler. Mon corps ressemble à un champ de bataille. C’est affreux. C’est carré et pointu au lieu d’être rond. Je suis telle une terre qui n’a plus reçu d’eau depuis longtemps. Une terre aride, craquelée, qui a soif.

Je pense avoir touché le fond. Je suis épuisée psychologiquement. Soit je me laissais aller et ne répondais plus de moi, soit j'allais vers la vie en me laissant enfin porter par le personnel soignant. Bref, j'ai besoin d'aide. Une aide sur laquelle je vais m’appuyer à 100% pour rebondir. Je lâche prise. Je ne me pose plus de question. Je mange ce qu’on me donne, ce qui est prévu. Même si ça va me terroriser. Même si je vais souffrir de satiété en permanence. Je fais confiance. Je m’en remets à la médecine.

Je ne suis pas coupée du monde. Je pourrai donc continuer à investir cet espace d'écriture. Et si je le fais, c'est toujours dans l'unique but d'aider indirectement les personnes touchées de près comme de loin par cette maladie très complexe, difficile à comprendre et à soigner, qu'est l'anorexie. Cette maladie est vicieuse, sournoise, déconcertante. Elle nous berne très souvent et si facilement.

18/11/2009

J+20

Presque 3 semaines en clinique. Les jours passent et se ressemblent. Quelle monotonie ! Mais ce serait pire dehors, à être en congé maladie, et tourner en rond. Personne à qui parler, sentir le poids des murs, le froid d'un appartement sans âme.

Le but de ce blog ne fut pas d'étaler mes états d'âme initialement mais aider toute personne à comprendre cette maladie. Mais peut-être pour mieux la saisir, avez-vous besoin de savoir à quel point on peut se sentir désemparée et à bout de force. Je ne me sens bien nulle part, je ne sais pas ce que je vais devenir.

Actuellement, il faut m'aider à passer le cap de la dépression car comment voulez-vous que je puise l'énergie pour combattre l'anorexie quand je ne pense qu'à en finir ? Mon psychiatre a pu l'entendre. On met le trouble alimentaire de côté.

Qu'a dit la balance les deux dernières fois que j'ai mis mes pieds dessus ? +700 gr (super !) puis -700 gr (oh non !). Je mange environ 500 calories de plus que chez moi où mon poids était stable, sans changement ! Là je désespère. Je ne peux pas faire plus. Pour le moment en tout cas. Pour un temps. Court ou long ? Je n'en sais rien et ne cherche pas à le savoir !