Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

12/10/2010

3 Mois et Demi

J'en suis toujours à 3 kilos.

"Eh bien, tu avances à pas de tortue."

Oui. Merci. Je sais. Il ne faut pas me le rappeler. Ca va moins vite qu'espéré. Mais c'était prévisible vu mon parcours. L'allure semble être 1 kilo par mois. Ce qui est toujours plus rapide qu'avant. Cette maladie est une véritable super glue. Ca me fait penser. Vous vous souvenez peut-être de cette publicité ? Un homme est collé au plafond via ses chaussures et il ne tombe pas, tellement la colle est forte. Comparons l'anorexie à cette publicité. On l'a dans la peau. Partout. Mais surtout dans le cerveau.

Je suis bien déterminée pourtant à arriver à mon poids du contrat que j'ai passé avec mon psychiatre. Il y a des moments où la lutte est endiablée, où je m'efforce de lâcher prise, de ne pas réfléchir aux conséquences de ce que j'ai mangé. Ce n'est pas évident. Je le savais. Mais je ne suis plus résignée. Je peux y arriver. Il y a la rage de vaincre en moi. Il suffit d'emporter plus de batailles que l'anorexie.

C'est la fatigue psychique qui entre en jeu le plus souvent. Je suis lasse des lieux. De l'ambiance. De ce combat. Il faut persévérer encore et toujours. Rester attentive à tout. Ne pas se leurrer. Etre consciente des difficultés et les reconnaître. Ne pas baisser les bras. Ne pas abandonner. Je ne le peux pas. Je ne le veux pas. Je veux guérir. Avoir ma place dans la vie de tous les jours, dehors. Avec l'homme que j'aime. Et reprendre mon travail. Ne plus jamais rechuter ni revoir cette clinique !

Pour toutes ces raisons, je ne prends pas vite de poids. Mais je bagarre ferme en moi.

J'ai toujours du mal à supporter le chiffre sur la balance mais physiquement, le travail est fait. J'attends impatiemment de retrouver ma silhouette d'antan, plus féminine. Et cesser de porter des vêtements un peu trop larges pour camoufler la maigreur. Suivre la mode. Et me remettre en valeur.

30/07/2009

Le Point de La Situation

 

pied-de-Loire.jpgPour résumer, je suis restée en clinique 8 mois. Le bilan était décevant : prise de 4 kg seulement.

Pourquoi ? Comment cela se fait ? Allez-vous vous demander... Eh bien, malgré mes efforts soutenus pour suivre le menu composé avec la diététicienne, mon corps a réagi de façon totalement différente qu'à son habitude. Quand les calories étaient augmentées, je perdais du poids, probablement parce que cela générait du stress, mais quand on me laissait dans un menu que je vais appeler de "croisière", je prenais quelques centaines de grammes par semaine. Le problème se situait le week-end, quand j'étais de sortie. A chaque pesée du lundi, je reperdais aussitôt ce que j'avais pris en semaine alors que je respectais en grande partie les prescriptions alimentaires... Et disons-le, (in)consciemment, je n'étais pas prête à accepter de monter dans le chiffre, même si je me vois affreusement maigre. Les racines de l'anorexie sont si profondes...

J'ai décidé de sortir car je sentais que l'hospitalisation ne m'apportait plus rien. J'avais acquis la discipline, mes angoisses avaient disparu, je ne prenais plus de poids, et mon moral commençait sérieusement à baisser.

Me voilà 6 semaines plus tard... J'ai perdu environ 1,5 kg en 3 semaines et je me maintiens depuis lors. La question de la reprise du travail se pose. Je suis plus qu'enthousiaste à cette idée mais est-ce bien raisonnable avec un BMI dans les 14 ? Certes, non... mais rester à la maison en congé maladie me déprime plus qu'autre chose et on a tout le temps de retourner le problème dans tous les sens. Je ne me sens pas vivre ! Je survis dans cette situation.

Verdict lundi prochain... Je dois prendre une décision quand je reverrai le psychiatre qui me suit depuis 6 ans.