Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/11/2009

A Table ! Et Un Bon Appétit !

Pour ceux et celles qui ont déjà fait un séjour dans un hôpital, il est bien connu que les repas servis sont loin d'être de la fine cuisine. Il est rare que l'envie d'en redemander vous traverse l'esprit. Tout au plus demanderez-vous à votre famille d'amener un petit goûter.

Ici, à la clinique, on ne peut pas dire que la cuisine est en-dessous de tout. Mais les régimes qu'on nous prescrits quand on a un trouble alimentaire ne sont guère somptueux. Cuisine simple : végétarien normal, végétarien hypocalorique, menu hypocalorique et menu normal pour les plus courageuses d'entre nous ou qui sont déjà bien avancées dans leur guérison. Exemple de menu normal : macaroni au fromage-jambon gratiné, escalope sauce brune, petits pois au beurre et purée. Poisson, salade et frites.

Pour ma part, je suis tellement difficile que j'ai un mélange de tout. Depuis les 6 ans que je reviens ici, les méthodes de prise en charge des troubles du comportement alimentaire à évoluer. La diététicienne est beaucoup plus rigide. Mais, en ce qui me concerne, j'ai réappris à manger en suivant un schéma assez précis. Et si le menu ne convient pas, il est impossible pour moi de passer outre et de l'avaler.

Ainsi, en clinique, je ne mange que du poulet ou du quorn comme source de protéines à midi, une cuillère ou deux de féculents (pas de pomme de terre) et des légumes qui varient chaque jour. Tout cela est sans sauce. Il n'est plus possible de l'inclure dans le repas. C'est donc tout sec et n'égaie guère les papilles. Le soir, tartines, menu fromage uniquement pour moi et crudités. Le petit déjeuner consiste en un fruit et des céréales. Les 3 collations sont des crèmes et yaourts.

Vous comprenez le manque d'enthousiasme quand je passe à table. Encore heureux qu'existe la convivialité !

26/05/2009

Au restaurant

 

table-restaurant.jpg

Pour moi qui suis anorexique, aller au restaurant est devenu une grosse affaire. J'angoisse des heures à l'avance. Non pas que j'ai peur que l'on m'observe et que l'on regarde ma maladie, mais parce que je ne sais pas ce qui se passe en cuisine et j'ai peur de craquer en allant me faire vomir, bien que cela ne se passe plus actuellement. Cela remue juste de mauvaises souvenirs et ravivent des angoisses. 

Ce n'est pas tout à fait rédhibitoire pour moi mais pour certaines, cela relève du domaine de l'impossible. Pendant des années, quand j'allais dans ces endroits publics, il n'était pas rare qu'après avoir mangé, ne tolérant pas la satiété ou le fait de ne pas savoir les ingrédients de mon plat, j'allais remettre le repas, source d'angoisses non maîtrisables. 

Inutile de dire que c'est dangereux. On perd du potassium lorsque l'on vomit, surtout si c'est accompagné de prise de laxatifs ou de diurétiques. Ce sont les variations brutales de potassium qui créent surtout le danger. 

Danger ? De troubles du rythme cardiaque !

Actuellement, comme je n'ai plus de plaisir de manger, aller au resto est peu-être plus facile. Je mange beaucoup moins et par là, je ne suis plus effrayée de sortir de table. Et puis vomir est tellement plus dégoûtant que le petit plaisir que j'aurais à regoûter les choses plus tard. Je préfère alors sauter le repas.

 

18/05/2009

Wok au quorn épicé et légumes

 

wok.JPG

Voici ma troisième victoire quant au repas chaud ! Pour vous qui ne souffrez pas d'anorexie, manger un plat cuisiné n'a rien de difficile. C'est même naturel. Pour nous, pour moi, aller faire les courses à la recherche d'idées alors que rien ne me donne envie, n'est pas une sinécure. Je tourne bien souvent en rond et je dois dire que le self-scan m'aide...:-) Une fois le paquet pris, il est dans la machine. Pas de retour en arrière !

Me voilà donc dans ma cuisine avec mon sachet de légumes frais préparés et mes lamelles de quorn. Un peu d'huile d'olive pour la cuisson, un peu de poivre et de la sauce soja, le tour est joué dans la casserole.

Simple. Diététique. Cuisson 10 minutes tout au plus. Odeur agréable. Plaisir toujours absent mais ça passe. Idéalement, il aurait fallu un féculent pour caler mais c'est encore difficile. Une croûte de pain m'a suffit pour me donner bonne conscience.

Résultat du week-end "autonomie" : Perte de quelques centaines de grammes.

Il y a encore du travail à faire !

Je me dis souvent : COURAGE, PATIENCE, VOLONTÉ !