Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/01/2011

Réflexions sur la publicité d'Isabelle Caro

L'article précédant concernait le décès d'Isabelle Caro, ex-mannequin souffrant d'anorexie. Elle fut connue pour avoir posé nue dans une publicité pour réveiller conscience en 2007.

Tout d'abord, je suis attristée par cette nouvelle. Cela m'envoie une onde de choc car, tout comme elle, je souffre des mêmes maux mais surtout, parce qu'elle était en train de combattre courageusement la maladie en remontant son poids à 42 kilos. Ce qui fut certainement très dur et très pénible pour elle. Cela demande une force psychique énorme. Et elle n'aura pas pu profiter de cette liberté qui s'ouvrait petit à petit à elle quand le poids remonte. Que son courage serve d'exemple.

Lorsque cette photo fut publiée en 2007, elle fut sujette à de nombreuses polémiques. Il est évidemment "choquant" de voir le corps décharné de cette jeune femme. Plus de muscles, des saillies osseuses partout, un visage angulaire, des seins tombant, des plis de peau, des hanches saillantes. Je fus choquée moi-même et pourtant il y eut des moments où je n'étais pas loin de cette silhouette.

Mon avis sur la publicité était très mitigé. D'une part, je pense que c'était important de voir à quel point une femme est prête à aller pour être mannequin et le rester. Il s'agit ici d'un sujet qui fut très controversé. Il a permis néanmoins à ce que les normes pour devenir mannequin soient réglementées sur le BMI dans beaucoup de pays. Aussi, je pense que le fait de montrer les dégâts de la maladie permet de prendre conscience qu'elle est dangereuse et mortelle si on laisse aller un proche dans la maigreur. Cela éveille les consciences du commun des mortels. Pour cela, Isabelle Caro l'a fait certainement. Je suis sûre que les parents font plus attention aux régimes de leurs filles, que l'anorexie s'est fait connaître et reconnaître. D'autre part, je trouvais cette publicité fut dangereuse pour toute celles atteintes de la maladie. Il n'y a rien à faire. Les jeunes femmes ne cessent de se comparer aux autres, à se peser, à manger le moins possible. Elles veulent être la plus maigre, atteindre des records dans le bas poids. Certaines qui étaient moins loin qu'Isabelle Caro se seront dites qu'elles pourraient descendre encore. Pour d'autres, cette photo a fait peur. J'en fais partie. Et cela augmente notre conscience du danger potentiel de cette maladie et aide, peut-être, à ne pas se laisser aller.

Alors, pour ou contre ? Il n'y avait pas de réponse à cette question à mes yeux. Ce serait un long débat.

Le fait est qu'elle nous a quittés, que c'est triste et que ça soulève de nombreuses questions.

23/07/2010

Marthe. Hommage.

Marthe avait 44 ans. Elle était mère de famille nombreuse. Je parle au passé parce qu'elle s'est éteinte. Nous avons été informé en clinique de son décès. Nous n'avons malheureusement pas eu l'occasion de faire ample connaissance avec elle. Elle n'est restée que quelques jours en clinique avec nous. Elle fut transférée rapidement dans un service de médecine interne.

Cela faisait deux ans qu'elle était tombée dans le piège de l'anorexie. Marthe pesait à l'époque 130 kilos, m'a-t-elle expliqué. Elle a fait régime et n'a plus pu s'arrêter. Elle souffrait en outre d'autres problèmes de santé en parallèle. Quand elle est arrivée, je fus tout de suite interpellée par son mauvais état général. On lui aurait donné bien 20 ans de plus. Elle était très faible. Elle marchait lentement, et arrivait avec peine à s'asseoir. Son visage était creusé, ravagé. Elle avait le teint blême et légèrement ictérique. Elle souffrait beaucoup de douleurs diffuses, sans doute liées à la fonte musculaire prononcée et à un escarre. Souvent, elle restait dans son lit pour manger tellement elle était fatiguée. Mais quand elle était à table, elle refusait souvent de manger un complément alimentaire liquide. Elle n'arrivait quasi plus à avaler. Elle ne voulait plus manger.

Elle me raconta qu'un jour, elle était allée rechercher ses enfants à l'école. Et elle s'est effondrée. Elle n'avait plus de force dans ses jambes. C'est à ce moment qu'elle a accepté d'être soignée. Elle ajouta que si elle était en clinique, c'était uniquement pour ses enfants.

J'ignore le reste...

Peu importe !

Une femme est décédée. Elle avait déjà des problèmes de santé et l'anorexie n'a fait que diminuer son souffle de vie.

Par cet article, je lui rends hommage. On ne devrait pas mourir à cet âge. Je pense à son mari et à ses enfants.

Elle m'a touchée. Il y avait beaucoup de souffrance et de tristesse dans son regard.

Paix sur son âme...

 

Et je me permettrai d'ajouter, sur un ton de colère, que la société critique les gros, les maigres. On les regarde de travers parce qu'ils ne sont pas dans la "norme". Quand on voit quelqu'un de maigre, on l'étiquette très vite d'anorexique. C'est péjoratif. Mais il y a des gens maigres à cause d'autres maladies, comme les cancers, les maladies inflammatoires du tube digestif et j'en passe ! Alors, les obèses, par soucis de santé, ont parfois le courage d'entreprendre un long régime, plein de courage, et on arrive dans la situation de Martha quelque fois. Plus moyen de s'arrêter ! Le corps trinque et lâche...

Qui n'a jamais regardé ces gens aux deux extrêmes d'un oeil compatissant ?