Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/10/2010

Les Féculents

Un des aliments le plus difficile à intégrer sont les féculents. D'après ce que je vois, c'est valable pour un bon nombre de personnes souffrant d'anorexie. Et pour moi-même. Je ne peux me baser que sur mon ressenti pour tenter d'expliquer cela. Mais la plupart des gens savent que s'ils veulent faire régime, il faut manger moins de féculents. C'est ce qu'on lit dans la presse. Une sorte de rumeur populaire qui, je trouve, n'est pas vraie à 100%. On a tous besoin de féculents pour tenir un régime équilibré. Tout est question de modération.

Nous savons bien que nos repas devraient être composés de 55% de glucides, 15 à 20% de protéines et 25 à 30% de lipides.

Une de mes difficultés principales est de manger un repas chaud avec des glucides, cad pâtes, riz, pommes de terre ou du blé. Je vais d'ailleurs vous dire que je ne les trouve pas bon en clinique.

Ils ne sont pas assaisonnés, n'ont aucun goût. Ils sont natures. Et on n'a droit qu'à du sel et du poivre. Pourquoi mangerais-je quelque chose qui n'a pas de goût ? Je n'en suis pas capable. J'ai besoin d'avoir une saveur en bouche pour manger et ce n'est pas en clinique que je vais la trouver.

Je suis déjà rassasiée quand j'ai mangé le reste, à savoir les 150 grammes d'une source de protéines (poulet, quorn, poisson, burger végétarien) et les 150 grammes de légumes. Là, je me dis que c'est du "remplissage", comme si je devais me gaver comme une oie.

Dans ma famille, on mangeait rarement des féculents au repas chaud. S'il y en avait, je ne me servais qu'une cuillère de riz ou un quart de pomme de terre. Ce n'est pas pas dans mes habitudes.

Vous rajoutez à cela l'anorexie en elle-même, vous imaginez combien cela peut être dur. Je sais que j'en mange trop peu, que je suis dans un régime hyperprotéiné pour le moment et qu'il faudra changer cela. Ceci dit, j'ai du mal à faire la part entre mes "explications" et la voix de l'anorexie. Je n'ai rien contre les féculents mais il est clair que j'ai de grandes difficultés à les manger. Ainsi que toutes celles qui sont à table.

J'en suis déjà bien consciente. Et pour m'aider, je devrais me dire que si j'en mangeais plus, je reconstruirais mes muscles plus rapidement.

Un défi encore à relever.

19/05/2010

Se fixer des objectifs

J'ai retenu ceci du chapitre 2 du livre de coaching.

"Il y a des aspects de la vie où vous voulez opérer des changements ; il est essentiel de les engager le plus tôt possible. Si vous persistez à ne rien faire, vous risquerez d’en arriver à penser que tel ou tel problème s’aggrave au point que vous ne pourrez jamais le régler. Bien sûr, plus le problème prend de l’importance, plus vous avez du mal à vous y attaquer.

Et si vous ne faites rien, vous ne trouverez jamais de solution.

Ne craignez pas de tester différentes approches et lancez-vous. Ca ne réussit pas du premier coup ? Ce n’est pas grave : tirez-en des enseignements.

Ne vous inquiétez pas si vous ne savez pas trop par quoi commencer pour attaquer un problème. Faites quelque chose et c’est tout. Toute action, quelle qu’elle soit, vous mènera toujours quelque part."

Avec tous les aspects positifs que je pourrais tirer d'une prise de poids, il est parfois dur de comprendre pourquoi je ne passe pas à l'action. Probablement en partie par ce qui se dit ci-dessus. Cela dure depuis trop longtemps et je suis engluée dans cette situation.

Alors concrètement, je me suis demandée comment j'allais agir. Je me suis dit : "Demain, je me lève et je mange normalement". Mais c'est quoi manger normalement ? Je ne le sais plus et c'est illusoire de croire que je peux débloquer mon problème en un coup de doigt. J'ai donc réfléchi autrement et me suis demandée quels étaient les aliments difficiles à manger ? Les féculents et les sucrés. Pour réussir à sortir du trou, il faut se fixer des objectifs raisonnables pour commencer. Pour le mois de mai, j'avais prévu de réaliser d'ici la fin du mois 3 défis en une semaine. Et bien, cet objectif a été réussi en une semaine. J'ai commandé une pizza que j'ai honorée moyennement mais j'ai réussi à prendre l'initiative. J'ai mangé un plat de nouilles au restaurant et le dernier est un exploit pour moi : j'ai mangé un complément alimentaire en entier chez moi. Ce n'est jamais arrivé !

L'objectif étant atteint, je me suis fixée un plan pour cette semaine mais jusqu'à présent, c'est un échec cuisant... Et ça m'énerve, ça m'enrage, me tape sur le système. MAIS il me reste 5 jours pour réussir !