Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/12/2010

Des variantes génétiques associées à l’anorexie mentale

Lu dans le journal du médecin belge, 13/12/2010

" Des chercheurs américains ont réalisé une étude d’association du génome entier confirmant le rôle du gène OPRD1 et de la région HTR1D dans le risque d’anorexie mentale.

Le Dr Hakon Hakonarson, directeur du centre de génomique appliquée de l'Hôpital des enfants de Philadelphie, et le groupe Price Foundation Collaborative Group, également de Philadelphie (Etats-Unis), ont eu l’idée de réaliser une étude d’association du génome entier (GWA) à la recherche des polymorphismes portant sur un nucléotide (SNPs)1, des variants courants de gènes qui aident à désigner une région de gènes provoquant une augmentation du risque de survenue d'une maladie. En l'occurrence, il s'agissait de l'anorexie mentale.

C’est la plus grande étude génétique dans ce trouble psychiatrique du comportement alimentaire qui a été réalisée jusqu’ici. Elle a été menée chez 1.033 jeunes anorexiques - avec seulement 24 garçons - et chez 3.733 témoins.

Complété par une analyse des variations du nombre des copies (CNV) de gènes impliqués, ce travail a permis d'identifier quelques régions possédant des CNV rares et qui ne sont observés que dans les cas d’anorexie mentale, ainsi qu'une CNV perturbant la région CNTN6/CNTN4.

«Nous confirmons les résultats d’études antérieures sur l’anorexie mentale, qui ont montré que le gène OPRD1 et la région HTR1D confèrent un risque,ont commenté les chercheurs. Nous n’avons pas détecté d’autres candidats évidents, mais une liste de gènes potentiellement impliqués est apparue, les allèles devant être étudiés plus avant.»

Les chercheurs, dont les résultats ont paru en ligne dans Molecular Psychiatry le 16 novembre 2010, concluent à des «indices intrigants concernant des gènes qui méritent plus ample investigation, notamment des gènes actifs dans la signalisation interneuronale et le façonnage des interconnexions neuronales.» Pour eux, de nombreux gènes candidats demeurent inconnus. "