Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

17/04/2009

Se réalimenter : RECEVOIR et PRENDRE

Lorsque la perte de poids est assez importante et/ou rapide, que vous avez fréquemment des malaises (hypoglycémies, chutes de tension), que vous êtes fatiguées au point de ne plus pouvoir vivre normalement, l'hospitalisation s'impose. Il s'agit de remettre un cadre autour des repas, chose qu'il est difficile à réaliser chez soi, non pas qu'il y ait manque de volonté mais la maigreur n'aide pas à réfléchir convenablement. Les idées ne sont plus claires. Tout s'embrouille. On ne sait plus très bien ce qui est bon pour soi. Et on mange peu et n'importe comment. Il faut donc sortir de la zone rouge, celle où nous sommes en danger.

Le contexte de la clinique est, dans un premier temps, de "suivre" ce que la diététicienne a mis en place ou "DONNE" et que l'on REçOIT. Plats et collations s'enchaînent. Il est dans un premier temps très difficile de le suivre à la lettre. D'abord physiquement, l'estomac se rétrécit assez vite, tout comme il peut augmenter sa capacité de stockage. La satiété, pour moi, est au début insupportable. Les envies de vomir sont nombreuses. On veut un soulagement immédiat. Mais ce geste est trop facile et est dangereux, non seulement pour la santé, mais aussi par l'automatisme qui devient vite difficile à contrôler. Et puis, psychologiquement, on sait qu'en suivant le régime prescrit, on est censée prendre du poids, ce qui reste difficile car il y a toujours une résistance en soi, la peur de perdre quelque chose en redevant "normale".

Ensuite, lorsque le processus de "recevoir" et accepter est en place et assez solide, le plus grand travail reste à faire : PRENDRE. Il se fait à l'extérieur de la clinique. C'est ici que je me situe actuellement.

Il se fait chez soi...

Il commence dans le supermarché...

Des aller-retours incessants dans les rayons à la recherche d'idées...

N'ayant aucune envie particulière ni gourmandise, je peux passer une heure à tourner en rond !

Insupportable.

Il faut PRENDRE, choisir quelque chose.

Cette corvée étant faite, il faut PRENDRE dans le frigo les plats achetés en vue de les manger. Un os !

Le temps passe à se demander si oui ou non, je vais finir par les manger.

Ouf, ce week-end, j'y suis arrivée !

Et j'ai compris et c'est CAPITAL, que l'on doit réapprendre à manger pour SOI et non uniquement POUR/AVEC l'autre.

Car si c'est l'autre qui vous porte et vous aide, comment manger à midi au travail quand on a eu l'habitude d'être accompagnée ? Votre conjoint n'est pas là pour vous motiver ou vous aider à manger en même temps que lui. Là est un des mécanismes de mes nombreuses rechutes.

Et par ici, je souhaite partager mon expérience, en sachant que chaque personne souffrant d'anorexie est différente.


Article revu et corrigé le 21/5/2010