Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/05/2009

La Balance

H_141-00-6_pese_personne_abilanx.jpgVoici un texte que j'ai écrit il y a peu. 

 

Ma première pensée du matin fut pour elle, rien que pour elle. Elle s’emparait de tout mon esprit, prit mon humeur et se déploya dans toute sa splendeur, générant en moi le chaos. Je me tire du lit et rebondis sur le sol, devant mes yeux passa un voile puis une dame en blanc pour donner mon traitement. La journée doit commencer. Je m’habille comme chaque matin pour rejoindre celui qui la précède toujours. Lui, il est encore la version douce et n’accapare pas mes pensées. Mais à chaque minute me rapproche d’elle. Je le tire parfois en longueur pour gagner je ne sais quoi, un sursis ? De toute façon, je la verrai, elle, la si belle, la plus importante, la plus douée, la plus redoutée, la plus vraie, celle qui ne ment pas, qui ne cache pas, qui ne participe pas au débat. Avec sa planche carrée reliée à un écran par un montant, elle m’attend à présent. Mon corps tremble, mon cœur bondit, je la maudis. Je n’en peux plus de la voir, marre de toute sa cérémonie. Je suis en sous-vêtement devant elle, les yeux plein de larme, la gorge nouée. Je perds ma voix, j’ai fait le pas, elle me désigne un nombre et je peux redescendre. Mais le mal est causé. Il remonte de loin, de mes entrailles, engin de torture.

La balance.

        Mon ennemie...

A force d'être pesée, je ne peux plus la voir. J'y suis montée des centaines et des centaines de fois ! J'ai beau dire à mon psychiatre que je ne veux pas savoir mon poids, le dire fait partie du traitement. Si on nous laisse dans le vide, à un des moments, paraît-il, l'angoisse de savoir qu'on a pris du poids désorganise les repas et collations et le contrôle de la maladie s'intensifie pour reperdre ce poids "non assimilé".

Ouais...