Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/06/2009

Le Comportement Des Proches

Il me semble important d'évoquer un instant comment l'anorexie est vécue par les proches.

Je vais prendre ici mon propre exemple. Les réactions sont multiples et dépendent de chaque modèle familial ou conjugal. Il y a tendance à la généralisation des comportements que suscitent cette maladie qui touche de plus en plus de jeunes filles, femmes et même hommes. Chaque personne est unique bien évidemment et doit le rester. Le tout est de comprendre les voies qui "activent" ses mécanismes de privation.

Pour ma part, lorsque j'étais en couple, mon compagnon avait fait de ma maladie son propre combat. Il voulait tellement bien faire qu'il faisait pire, inconsciemment. Je n'ai compris le cercle vicieux que lorsqu'a débuté une thérapie de couple. La maladie avait étouffé le couple, le NOUS, et il convenait de retrouver des moments privilégiés pour que la relation puisse s'épanouir davantage. Nous étions en fait pris dans un fol engrenage. Au plus mon ami combattait avec moi et luttait contre la maladie, au plus elle se réactivait, comme si je voulais me réapproprier à la fois mon combat et ma maladie. C'est comme si je disais : "Eh, c'est mon combat, rends-le moi. Regarde, tu fais pire que mieux, je mange encore moins !". 

Forcer, obliger, menacer, commenter, ne servent à rien. On redevient comme un enfant. Au plus on nous dit que ce n'est pas bien, au plus on le fait. Il n'y a pas de bonne attitude mais celle qui marche le mieux mais qui est le plus difficile aussi est l'indifférence. Non pas dire qu'on en a rien à faire mais montrer sa présence et son soutien. Sonder les difficultés en-dehors des repas, calmement.

Le ressenti le plus fréquent des proches est l'IMPUISSANCE. Ce que j'ai fini par comprendre après plus d'une année d'hospitalisation, c'est que la guérison ne dépendait que de moi. On a tendance à chercher les réponses dehors plus qu'en soi. Ce n'est pas qu'une question de volonté, c'est beaucoup plus compliqué que cela. Ce serait l'objet d'un autre article.