Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2010

Les Rituels

L'anorexie s'accompagne très généralement de rituels, à la fois dans la façon de manger mais aussi dans le temps.

Certaines sont fortement déstabilisées quand elles ne mangent pas à l'heure prévue. Elles s'énervent intérieurement, elles râlent, "toujours en retard", elles projettent leur retard et se disent qu'elles ne seront pas prêtes pour le prochain rendez-vous. Des anticipations incessantes qui usent. D'autres s'autorisent de manger dans une fourchette de temps étroite. Genre le dîner entre 12h30 et 14h. Au-delà, cela devient dur voire impossible. Elles craignent de ne pouvoir assurer la collation suivante et préfèrent s'abstenir.

Pour ce qui sont des rituels dans la façon de manger, ils sont nombreux et très fréquents. J'en possède quelques uns moi-même mais je peux très bien manger de façon normale si je suis en compagnie de personnes qui ne me sont pas proches. Alors que voit-on ? De tout.

Tremper le pain dans le thé pour le ramollir et le manger. Découper une tranche de pain en petits bouts, sans garniture. Sélectionner les pétales de céréales. Couper la pomme en fines tranches. Diluer les yaourts et les crèmes. Manger les petits bouts de croûte sur le pourtour avant de manger la croûte en entier et terminer par la mie. Découper le pourtour de la viande ou des burgers végétariens pour enlever la graisse de la cuisson. Eponger aussi ce qu'on sert. Ecraser les céréales dans le sachet pour qu'ils soient les plus petits possible. Manger avec des toutes petites cuillères. Manger super lentement, faire durer le repas.

La liste est longue. J'en oublie certainement. Mais ça vous donne une idée. Ce sont des sortes de troubles obsessionnels compulsifs. Quand on est ensemble à table en clinique, tout le monde mange à sa façon et les rituels ont leur place et leur raison d'être. Ayant toutes le même genre de maladie, il n'y a pas de gêne. Dehors, c'est autre chose. Ca peut bloquer ou non la patiente. Imaginez la solitude et la détresse de celles piégées par ces rituels. Il ne leur est possible que de manger seule parce qu'une sorte de honte les habite...