Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/05/2010

Nouvelle Rubrique

S'impliquer plus dans ce blog.

En faire une sorte de mémoire.

Le but : permettre à tous ceux et celles qui sont touchés de près comme de loin par la maladie, à la comprendre, à la déchiffrer, à aider une personne en danger, en déni ou en quête de soutien, à trouver des idées pour guérir. L'anorexie est un trouble alimentaire complexe. Les difficultés sont propres à chacune. Il convient donc parfois de ratisser large et de faire preuve d'originalité pour trouver des moyens, des outils qui permettent de gérer la maladie ou de la faire taire.

J'ai toujours aimé l'écriture. Aussi, dès ma première hospitalisation en 2003, j'ai commencé à prendre des tas de notes. Je me sentais perdue, déconcertée, incrédule. Le papier était devenu mon confident. Un moyen pour évacuer les tensions, le stress, les peurs. Un témoin d'espoirs, de doutes, de bonheur. Quand je me relis, je constate que je buttais déjà sur les mêmes thèmes et problèmes. Par contre, j'étais bien plus dans la maladie, c'est-à-dire obsédée par les calories, le poids, les ruminations incessantes sur la nourriture et les prédictions de poids lors de mes pesées. Et là, je réalise qu'un long chemin a déjà été parcouru. Vers un mieux... Qui n'est pas encore une guérison... Car il reste quelques échelons... Le temps que l'on met à sortir la tête de l'eau est extrêmement variable. Aussi, gardez en tête que je ne suis qu'une histoire parmi tant d'autres.

Vous allez revivre avec moi cette maladie terrible, l'anorexie, lorsqu'elle est née et s'est déployée en moi. Un véritable petit diable. Un démon qui génère tant de souffrances.

Certaines notes seront également réécrites et approfondies et seront publiées à nouveau en temps voulu.

Cet espace est pour vous. De moi à vous. De vous à moi.

09/05/2009

Les ruminations

 

Les ruminations. 

Pardon ?

Oui, dans l'anorexie, on rumine.

Ah bon ? Pas comme les vaches quand même ?

Mais non !

Dans les troubles alimentaires, on passe quasi toutes par une phase d'obsessions liées à la nourriture. Le fait de s'en priver induit la faim mais on est dans le contrôle. Le cerveau doit pouvoir la réduire à néant. Alors on pense à la nourriture, à ce qui a de moins calorique, on pèse les aliments, on calcule les calories, on cuisine pour les autres, on les fait manger. Tout cela nous donne l'impression d'être forte, alors que la plupart des gens, eux, essaient de maigrir. C'est si facile pour nous. 

Chacune de nous est différente. Mais la panoplie des moyens de contrôle sont souvent les mêmes. S'affamer. Se bourrer de liquide pour réduire cette sensation de vide. Boire parfois jusqu'à 5 litres d'eau ou de coca light ! Chacune dans sa souffrance, dans ses habitudes, dans sa prison.

Pour ma part, à chaque début d'hospitalisation, je n'éprouve plus la sensation de faim. Elle deviendra tout au plus une légère sensation de vide. Je n'ai aucune envie particulière. Si vous me demandez ce que je voudrais manger, je vous répondrai que je ne sais rien ! Salé ? Sucré ? Je ne sais pas. Je n'ai plus l'appétit qui vient en mangeant, plus de gourmandise. Je mange parce qu'il faut vivre. Je ne dois jamais oublier :obsession.jpg JE DOIS MANGER POUR VIVRE ! Agréable ou pas, c'est comme ça. 

A côté de cela, j'ai l'appétit de vivre, oui ! Il y a tant de choses à faire, à s'occuper. La vie est teinte de rose comme de gris. C'est comme tout le monde.

L'herbe n'est pas moins verte qu'ailleurs...