Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

21/06/2010

L'ivresse des profondeurs

3875064267_570ab9b8f7_o.jpgOn a tous entendu parler de l'ivresse des profondeurs chez les plongeurs. Au plus ils descendent au plus ils risquent de ressentir cette euphorie. Dans l'anorexie, ce phénomène existe également mais la cause n'est évidemment pas la même. La première fois que j'ai vu apparaître sur la balance le chiffre de la trentaine, j'ai eu un choc qui m'a clouée sur place. Je ne m'en doutais pas du tout. Je trouvais que je mangeais convenablement. Ma surprise fut donc de taille !

Plutôt que de me booster, cela a fait l'effet inverse sur moi. Tous les efforts ont été lâchés !

J'étais paralysée...

Paniquée...

Puis, prise dans une véritable spirale négative ! Consciemment, je voulais voir le 8 puis le 7 puis le 6. J'avais envie de faire un score ! Allez comprendre ce qui peut parfois se passer dans notre tête ! Je voulais me rendre insignifiante, toute petite. Prendre de moins en moins de place. Pour m'effacer de la carte à jamais. C'était comme un suicide lent.

Heureusement pour moi, mon médecin m'a arrêtée tout de suite, de sorte que je n'ai pas pu vivre cette ivresse bien longtemps. Et je l'en remercie car à postériori cette idée de m'enfoncer dans les profondeurs était bien ridicule mais surtout dangereuse. Le corps peut encaisser beaucoup de choses mais il y a des limites. Elles existent bien. J'en suis témoin ! Et je souffre d'anorexie "seulement" depuis 7 ans. Je n'ai pas encore de séquelles irréversibles mais sachez que plus la maigreur persiste plus les conséquences sont désastreuses et irréversibles avec le temps.

Ne banalisez jamais rien !

01/08/2009

H O M M A G E

2200336675_1.jpgElle était belle, touchante, avec un style bien à elle. Elle avait grand coeur mais dans ses yeux transparaissait une souffrance terrible. La vie ne l'avait pas épargnée. Elle souffrait d'anorexie/boulimie et d'alcoolisme, dépendance assez fréquemment rencontrée dans les troubles alimentaires. Je l'avais rencontrée en clinique il y a quelques mois. Elle avait dû la quitter trop tôt parce qu'elle avait enfreint le règlement d'abstinence. Lorsqu'elle est partie, je la sentais très fragile et désespérée. Fatiguée de lutter contre ses démons. Elle ne savait où aller.

Elle a tenté bien que mal de garder la tête hors de l'eau et à faire face, jour après jour, à la vie. Mais ses souffrances ont certes été mésestimées et mal reconnues par ses proches, par ses médecins, par tout ceux et celles qui la côtoyaient. Son sourire et ses yeux pétillants cachaient bien le drame terrible qui allait se produire. Un beau matin, elle a décidé que c'en était trop. Elle a mis fin à ses jours. Elle n'avait que 23 ans.
Dieu que c'est terrible. Le choc eut raison de moi et de mon self-control, les larmes ont jailli comme les jets d'une fontaine. On se reconnaît toutes un peu en elle. Non seulement il y a l'attachement de vivre ensemble en clinique mais beaucoup de femmes/ados souffrant de troubles alimentaires ont déjà un jour pensé au suicide.

J'y ai pensé déjà maintes fois. Comme une option ultime au cas où je ne pourrais plus porter cette maladie en moi. Elle nous bouffe au sens propre comme au figuré !

Je lui rends donc hommage. Repose en paix ma belle. Tu avais souvent la tête dans les nuages... ;-) Ton âme doit être là-haut, quelque part... Là au moins, tu ne souffres plus...

Je ne t'oublierai jamais...